Les marqueurs spatiaux du langage se décomposent en trois grands groupes

-Les #noms et #adjectifs #locatifs, permettent d’établir des descriptions #morphologiques des objets en se basant sur leurs caractéristiques saillantes. Par exemple : le sommet, le haut, le long, le coin, le rebord…

-Les #verbes de #mouvements décrivent quant à eux les déplacements : mouvements où s’opèrent un changement de lieux (avancer, tourner, bouger par exemple). Ces verbes peuvent ainsi mettre en avant le lieu de départ (sortir de la pièce) et le lieu d’arrivée (entrer dans la cuisine), soit les deux (aller de la chaise au gros ballon), soit un lieu dit « médian » dans lequel se déroule l’ensemble du déplacement (marcher dans le cerceau).

-Enfin, les #prépositions #spatiales représentent des relations spatiales de base, le plus souvent combinées avec des éléments des deux autres catégories. Parmi celles-ci, on distingue généralement les prépositions topologiques statiques (ici, là,…) et des prépositions dynamiques (vers, jusqu’à, dans, sur, au dessus de, derrière, à gauche de…).

Ces #connecteurs #spatiaux servent à situer des éléments (objets, lieux, personnes…) dans un espace donné. Ils servent donc principalement à #organiser et #structurer le #langage #descriptif

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*
*